Vous attendez un enfant ? Voici la démarche que vous ne devez pas négliger

Vous attendez un enfant ? Voici la démarche que vous ne devez pas négliger

Un bébé va bientôt pointer le bout de son nez dans votre foyer ? Toutes nos félicitations !

L’arrivée d’un enfant s’accompagne de beaucoup de bonheur mais également de beaucoup de questions, d’inquiétudes, d’organisation et de démarches personnelles et administratives qui ne sont pas forcément très enthousiasmantes mais indispensables.

Tant que c’est possible, on essaie de finaliser le maximum de tâches avant l’arrivée du petit bout. En effet, que ce soit notre premier enfant ou que d’autres le précédant nous aient montré l’exemple, on sait que lorsque bébé sera là, on aura suffisamment à faire entre les couches, les biberons/tétées, les câlins et rendez-vous chez le médecin. Si au sortir de la maternité, la chambre est déjà prête à accueillir bébé, les petits bodys et pyjamas rangés dans la commode, la réserve de couches suffisante pour le mois qui vient et qu’en plus des petits plats cuisinés nous attendent dans le congélo (et nous évitent d’avoir à faire la cuisine), les conditions seront idéales pour profiter de bébé comme il le mérite !

Si certaines démarches peuvent attendre l’arrivée de bébé, voire nécessitent qu’il soit déjà présent (déclarer sa naissance aux autorités, envoyer les faire-parts…), d’autres démarches doivent être entreprises alors qu’il est encore dans le ventre de sa maman. On pense par exemple à l’inscription à la crèche (les crèches sont prises d’assaut, ce n’est un secret pour personne) ou encore à la reconnaissance de l’enfant par le père (pour les couples non mariés)…

Eh bien sachez qu’une démarche à entreprendre avant la naissance de bébé est plus importante qu’on ne pourrait le croire : c’est le fait d’assurer votre enfant pour la maladie. Car oui, bébé devra être assuré.

En effet, la loi en Suisse stipule que toute nouvelle personne débarquant sur le territoire suisse doit être assurée. Votre enfant, même s’il ne l’a pas choisi, en fait partie : il va donc devoir payer sa prime d’assurance-maladie comme tout le monde ! (Qu’on se rassure, sa prime est moins chère que celle d’un adulte.)

Vous n’aviez pas pensé à ça ou vous ne pensiez pas que c’était si important ? Nous vous expliquons tout de suite comment bébé doit être assuré et pourquoi c’est important qu’il le soit avant sa naissance.

A quel moment bébé doit-il être assuré pour la maladie ?

En théorie, bébé peut être assuré dans les trois mois qui suivent sa naissance. En pratique, mieux vaut l’assurer avant sa naissance et nous allons voir pourquoi.

Si bébé n’est pas encore assuré à sa naissance et qu’il a moins de trois mois, vous pouvez encore l’assurer pour l’assurance-maladie de base et ses frais de santé seront remboursés rétroactivement jusqu’à sa naissance. Mais attention : nous parlons bien de l’assurance-maladie de base, pas des assurances complémentaires.

Si bébé n’est pas encore assuré à sa naissance et que vous souhaitez souscrire pour lui des assurances complémentaires, il sera soumis à un examen de santé comme tout le monde. Imaginez qu’à la naissance on lui découvre une maladie chronique ou encore qu’il naisse prématurément : les caisses-maladie auront tout à fait le droit d’émettre des réserves quant à son état de santé voire refuser de l’assurer.

Si bébé a été assuré avant sa naissance dans le cadre d’une assurance prénatale, la caissemaladie ne pourra pas refuser de l’assurer et ce, même s’il naît prématurément ou qu’il présente un problème de santé chronique à la naissance.

C’est pour cela que nous vous recommandons fortement, si vous en avez encore la possibilité, d’assurer votre enfant en prénatale.

Qu’est-ce que l’assurance prénatale ? L’assurance

L’assurance prénatale est une assurance-maladie souscrite pour quelqu’un avant sa naissance (d’où le terme « prénatale »). Elle inclut à la fois l’assurance-maladie de base et des assurances complémentaires.

Si vous êtes satisfait de votre propre assurance-maladie, le plus simple est de souscrire l’assurance prénatale de votre enfant auprès de votre propre caisse-maladie. Pour cela, il vous suffit de contacter votre caisse-maladie pour les prévenir que vous attendez un enfant et pour leur demander de vous soumettre une offre d’assurance prénatale.

Sachez cependant qu’il vous est possible de souscrire l’assurance prénatale de votre enfant auprès d’une autre caisse-maladie, dans le cas où, par exemple, vous trouveriez une offre plus intéressante chez un autre assureur. La solution la plus simple (inscrire votre enfant chez votre propre assureur) n’est pas toujours la plus économique !

Cela coûte-t-il plus cher d’assurer mon enfant en prénatale ?

Non, assurer votre enfant en prénatale ne coûte absolument pas plus cher que de l’assurer à la naissance.

Le fonctionnement de l’assurance prénatale est simple :

- vous inscrivez bébé auprès d’une caisse-maladie avant sa naissance

- lorsque bébé est là, vous annoncez son nom et sa date de naissance à la caisse-maladie pour que la police d’assurance soit activée

- vous payez la première prime d’assurance de bébé

L’assurance prénatale est le plus beau cadeau que vous puissiez offrir à votre enfant et en plus, il ne coûte pas cher !

Souscrire une assurance prénatale ne présente donc que des avantages pour vous et pour votre enfant.

Que peut-il se passer si je n’inscris pas mon enfant en prénatale ?

Comme nous l’avons dit plus haut, l’un des avantages de souscrire une assurance prénatale est que votre enfant n’a pas à remplir de questionnaire de santé pour les assurances complémentaires.

Bien sûr, il est fort possible que votre enfant naisse en parfaite santé et que même après sa naissance, aucune caisse-maladie ne refuse de l’affilier.

Pourtant, l’arrivée d’un enfant présente forcément des incertitudes. Vous ne pouvez pas savoir à l’avance si votre enfant naîtra à terme ou prématurément ni s’il aura une santé fragile. Si l’une ou l’autre de ces situations survient, la caisse-maladie pourra refuser d’affilier votre enfant ou émettre des réserves.

Et comme assurer son enfant en prénatale ne coûte pas plus cher que de l’assurer à la naissance, autant souscrire une assurance prénatale de façon à faire bénéficier votre enfant de toutes les assurances complémentaires dont il peut avoir besoin.

Il n’est pas trop tôt pour assurer votre enfant ! En effet, vous n’avez pas forcément de contrôle sur le moment où votre enfant décidera de pointer le bout de son nez hors du ventre de sa maman. Pour éviter que votre enfant naisse prématurément en n’étant pas assuré, l’assurance prénatale doit être souscrite le plus tôt possible.

Comment choisir l’assurance prénatale de mon enfant ?

L’assurance-maladie de votre enfant ne se choisit pas à la légère d’autant plus qu’il risque de la garder longtemps. En effet, si à l’avenir, il souhaite changer d’assurance-maladie, sa nouvelle caisse-maladie le soumettra sans doute à un examen de santé et pourra refuser de l’affilier ou émettre des réserves.

Avant de souscrire une assurance prénatale pour votre enfant, le mieux est encore de comparer les offres des différentes caisses-maladie pour faire le bon choix.

Même si les primes des enfants sont moins chères que celles des adultes, rappelez-vous que les tarifs des assurances peuvent considérablement varier d’une caisse-maladie à l’autre. Rappelez-vous également que pour l’assurance-maladie de base, les prestations restent les mêmes bien que les tarifs diffèrent fortement.

Concernant les assurances complémentaires, les prestations (et les tarifs !) des caisses-maladie sont également très variables.

On conseille en général pour les enfants les assurances complémentaires suivantes :

- l’assurance complémentaire soins dentaires (les enfants ayant souvent recours aux appareils dentaires qui sont très onéreux)

- l’assurance complémentaire hospitalisation (si votre enfant est hospitalisé, vous souhaiterez qu’il le soit dans de bonnes conditions)

- l’assurance complémentaire médecines douces (les médecines douces sont appréciées des parents car elles sont jugées moins agressives que les traitements de médecine traditionnelle)

Vous l’avez compris : mieux vaut souscrire ces assurances complémentaires le plus tôt possible pour être sûr que la caisse-maladie ne refuse pas d’affilier votre enfant !

Pour plus d’informations, nous vous invitons à télécharger le guide de l’assurance enfant du site Bébé Arrive!

Recent Posts

Paiement sécurisé

Paiement avec BVR possible

LIVRAISON RAPIDE

Fabriqué en Suisse

Avis Clients